• Deux fondement culturels et historiques : Arabité et Islam. L’ethnie arabe domine dans la péninsule arabique alors que l’arabe compte 250 millions de locuteurs. L’Islam (80% de la population) est à la fois religion dominante et système juridique et social car présente dans les constitutions (Syrie) Le monde arabo musulman partage une histoire commune, notamment l’âge d’or des Abbassides qu’il regrette …
  • Deux idéologies unitaires : arabisme et islamismes. L’arabisme nait avec le Nahda (19e siècle) dans l’empire ottoman. Puis le panarabisme, volonté des arabes d’exister sur la scène internationale, plutôt sécularisé, se développe avec la création du Parti Baath par Aflak et Bitar (socialiste et laïque). A la différence de l’islamisme, interprétation politique de l’Islam fondée sur un rejet des valeurs occidentales et une volonté de réislamisation de la société par le haut et par le bas. On trouve le wahhabisme (Arabie Saoudite) : puritanisme et anti modernisme, état riche qui finance les œuvres religieuses depuis sa création (1932), Le chiisme : révolution iranienne en Iran en 1979 (Khomeiny). Puis se développe le panislamisme avec les Frères Musulmans, crées en 1928.
  • L’unité : rêve envolé ? La République Arabe Unie, échoue malgré les tentatives de Nasser car elle prévoit l’annexion de la Syrie. Kadhafi essaye de porter à nouveau le flambeau du panarabisme mais il est discrédité par ses actions terroristes Donc l’islamisme s’installe pour la première fois en 1979 avec la révolution iranienne : théocratie constitutionnelle. Mais il y a confrontation entre islamisme et arabisme entre l’Iran et l’Irak. Pas de victoire tranchée
  • De forts clivages religieux. Berceau des 3 grands monothéismes, la région est fondamentalement divisée depuis la Fitna. Les Sunnites sont sans chef religieux et cimentés par une pratique rigoriste. Chez les chiites le Coran peut y être interprété, ils admettent un clergé (ayatollahs). Mais également des subdivisions chez les Sunnites dont l’école hanbalite qui donner le wahhabisme (Muhamed ibn Abd-el-Wahhab) Chiites divisés en plusieurs secte Des minorités chrétiennes sont présentes (Copte en Egypte, 5 à 7 millions de baptisés) et juives (Israël, Yémen).
  • Un phénomène de straddling avec 6 dimensions conflictuelles : 1/Conflit entre Perses et Arabes. (Accord de vienne, rébellion huthiste au Yémen et terrorisme dans les provinces chiites orientales soutenu par l’Iran). 2/ Conflit entre Chiites et Sunnites (Echec du gouvernement chiite (Nouri Al-Maliki) en Irak car ne prend pas en compte les revendications des tribus sunnites (20% de la population) et qui rejoignait l’EI). 3/ Affrontement entre les régimes mis en places et groupes terroristes. (AQPA) 4/ Antagonisme entre les groupes terroristes (Concurrence pour le leadership entre l’EI et Al-Qaïda en Syrie, conflits le Hezbollah et l’EI. 5/ Opposition entre les modernisateurs et les tradis. (Egypte, lutte entre le sabre et le turban. Ailleurs, les dirigeants ont acheté la paix sociale (Algérie, Maroc), du moins provisoirement ..) 6/ Les grandes puissances interviennent dans le conflit Les E-U contre l’EI, la France avec Chammal mais également La Chine qui voit ses intérêts menacés (Pétrole, routes de la soie) : 1000 soldats de la paix au Liban au Soudan.
  • Clivages socio économiques à toutes les échelles. La Richesse est mal répartie. Conflits entre les états disposant de ressources, comme l’eau et ceux qui n’ont rien (GAP en Turquie lancé à partir de 1972). Des centres qui peinent à s’imposerArabie Saoudite qui reçoit deux millions de pèlerins/an, mais économie rentière. L’Egypte a une position stratégique (Suez), population dynamique, joue un rôle dans le panarabisme. Turquie : ouverture à l’Asie centrale, valorise sa position sur un plan stratégique : plaque tournante pour le pétrole avec le BTC. Iran, puissance ou nuisance ? Israël : seul véritable pays développé de la zone. Des périphéries dominées comme le Liban soumis aux influences syriennes, israéliennes. Délaissées comme l’Irak (Failed States)
  • La guerre froide a déstabilisé le Moyen-Orient. Entre 1947 et 1968, l’influence soviétique monte. L’URSS, attirée par les mers chaudes, cherche à s’établir au Moyen Orient. Elle soutien des nationalismes arabes comme l’OLP, et Nasser dans la crise de Suez « impérialisme, stade suprême du capitalisme ». Les américains répliquent par une potomanie (Pacte de Bagdad en 1955). Nasser recule après la guerre de 6 jours (1967) alors que l’Arabie Saoudite et de l’Iran pro-américains s’affirment. Le Front arabe est rompu alors que les Occidentaux soutiennent les militaires en Syrie (Hafez El-Assad), en Irak (Saddam Hussein) mais s’appuient sur l’Islam comme contaminent (prise de pouvoir par les religieux à Téhéran (Ayatollah Khomeiny)
  • Les derniers affrontements du temps de la guerre froide entre 1979 et 1990 : Opposition à l’Occident de Khomeiny (1979) avec prise d’otage des diplomates américains. Guerre Iran-Irak (1980) lancé par l’Irak qui veut contrôler de nouvelles zones pétrolifères, soutenir les sunnites. L’Iran voulant remplacer le gouvernement Baath à travers un soulèvement des chiites irakiens. Guerre civile Libanaise (1975-1990) première intifada (1987-1993) avec création du Hamas. L’URSS pénètre en Afghanistan pour soutenir les communistes menacés. Les états Unis renforcent les partis religieux, et financent les moudjahidines.
  • Les espoirs de stabilisation vite déçus dans le monde post bipolaire. La 2nde guerre du Golfe (1991) déstabilise profondément la région. L’Irak envahit le Koweït en Les E-U refusent que l’Irak contrôle 20% des réserves pétrolières mondiales. Et dirigent un Intervention par Coalition sous mandat ONU. Répression de Hussein sur les Kurdes et les Chiites invités à se rebeller par les US, forte montée de l’Islamisme. La paix en Israël semble impossible. Le Processus d’Oslo (accords de Washington, 1993) entre prévoit certes le retour des certains dirigeants réfugiés mais pas la désoccupation d’Israël Enlisement du processus et début de la 2e Intifada en 2000 qui est réprimée durement. Sharon organise le retrait des colons de Gaza pour mieux coloniser la Cisjordanie.
  • Le 11 septembre et ses suites. Les européens, engagés depuis 1995 dans l’esprit processus de Barcelona (ZLE où règnerait l’économie de marché et l’état de droit) La Mais G. W. Bush veulent un GMO (2003) après la guerre en Irak, pour des raisons de 1/ guerre préventive, 2/ de défense d’Israël, 3/ de contrôle du pétrole, 4/ d’affirmation de la puissance impériale. C’est un traumatisme pour les populations : (occupation militaire pendant 5 ans, chiites sont favorisés par le pouvoir central au détriment des sunnites) L’Europe est divisée, ne parle pas d’une seule voix (Vielle Europe, Jeune Europe)

L’Iran, nouvel ennemi des américains : Arrivée Mahmoud Ahmadinejad : opposant à Israël, défenseur des mouvements palestiniens. Rohani lui succède en 2013, c’est un modéré. Rapprochement avec les Etats-Unis d’Obama : premier entretien téléphonique entre les deux puissances.  Accord de Vienne sur le nucléaire iranien signé en 2015 Remise en cause des rapports avec l’Arabie-Saoudite. Mais avec Donald Trump on a un retour à la politique classique de lutte contre l’Iran (remise en place des sanctions, fin de l’accord…) – Axe du mal.

Catégories : Moyen Orient

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *