Les États-Unis ont conduit depuis 1979 une politique constante de coopération avec Pékin : les liens historiques et commerciaux anciens ont ainsi été renforcées pendant la guerre froide.  Toutefois l’affirmation de la puissance chinoise les conduise à osciller entre vigilance et fermeté. Une chimérique Chinamérique ?

  • L’importances des liens historiques. Les relations furent conflictuelles avec la guerre de l’opium au 19esiècle. Les États-Unis soutinrent ensuite la Chine Nationaliste de Tchang Kaï-check face à la Chine communiste de Mao. La guerre de Corée en 1950 marque l’apogée des tensions entre les deux nations.
  • Un retournement pendant la guerre froide. La rupture sino soviétique (1963) fournit une occasion aux EUA pour établir des liens avec la Chine continentale. La diplomatie du Ping Pong ouvre la voie à un renouveau dans les relations sino-américaines. La politique de Kissinger. La visite de Nixon à Pékin en 1972.
  • La remise en cause du partenariat sino-américain depuis la fin de la guerre froide. Avec la fin de l’adversaire commun, la nécessité de coopération est moins pressante et ce n’est que progressivement que la conscience d’une interdépendance économique s’impose. Les questions des droits de l’homme réapparaissent. Toutefois, la Chine a soutenu la guerre contre le terrorisme en 2001.
  • L’importance de la diaspora chinoise aux EUA. La communauté chinoise aux EUA est le plus grand groupe ethnique d’américains d’origine asiatique.
  • La Chinamérique peut-elle se substituer au lien transatlantique ? Le néologisme Chinamérique est fondé en 2007 par Nial Fergusson, puis remplacé par le terme de G2. Il désigne un condominium sino-américain sur le monde. Les économies sont de fait fortement imbriquée du fait de la dépendance de l’interdépendance entre les deux pays (André Grjébine, Equilibre des déséquilibres). Mais il n’existe pas de cogestion du monde. De plus les deux puissances n’ont pas le même poids: la Chine n’a pas les capacités de projection ni l’influence mondiale qu’on les EUA. On parle donc d’une chimérique Chinamérique.
  • L’arrivée de Xi-Jinping au pouvoir. Qui exige le rapprochement des deux pays pour étouffer le malentendu et le soupçon.
  • Le voyage en mai 2014 d’Obama en Corée du sud, Japon, Malaisie, Philippines. Il confirme la volonté américaine de rééquilibrage de la politique américaine sur l’Asie : la signature d’un accord militaire avec les philippines, l’accord sur le réarmement japonais pour qu’il participe à un système de défense collectif.
  • La mer de Chine. Les États Unis manquent de réponses appropriées face aux stratégies de contournement de la puissance américaine en mer de Chine : interdiction de zone (AD2D) et territorialisation, d’où une forme inédite du paradoxe stabilité-instabilité de Glen Snyder. L’administration Obama n’a pas de stratégie claire pour répondre aux initiatives eurasiatiques chinoises (OBOR) alors que de nombreux pays dont les européens participent à l’AIIB. Cependant si les pays asiatiques reconnaissent la nécessité de se rapprocher de la Chine économiquement, ils s’appuient sur Washington pour rééquilibre la donne.
  • Des éléments de discordent qui demeurent. La question de Taïwan, les droits de l’homme, l’instabilité des marchés financier provoquée par la Yuan, les cyber-attaques venant de Pékin. Les restrictions d’accès aux firmes américaines pour le marché chinois valent des EUA une critique pour le protectionnisme.
  • Le climat. Les EUA et la Chine se fixent des objectifs pour 2020. Les EUA s’engagent à réduire d’un quart leurs émissions à effet de serre d’ici 2023. La chine veut augmenter la part de combustible non fossile à 20% d’ici 2025. La COP21 (2015) entretien la volonté de renforcer les efforts de la part des Obama et de Xi-Jinping. La Chine et les États-Unis sont les deux principaux pollueurs de la planète. La Chine est à l’origine de près du double des émissions de C02 des EUA.
  • Le rêve chinois face à la patience stratégique. The Economist présente le rêve chinois comme un mixe de réformes économiques et de nationalisme véhément. 3 objectifs : restaurer la gloire passée de la Chine et de l’état, rappeler le désir séculaire d’une Chine moderne riche et puissante, rendre les chinois heureux afin de maintenir la stabilité sociale.
  • Les rivalités culturelles : le rêve américain face au rêve chinois. Le poids des instituts Confucius.
  • Le consensus de Pékin face au consensus de Washington. Les Politiques d’Ajustement Structurel (PAS) et les mesures libérales du FMI face à la stratégie du Win-Win et de la non-ingérence dans les affaires intérieures
  • Les perspectives ouvertes par l’élection américaine. Donald Trump a réservé une place particulière à la Chine qu’il a critiqué fermement. Il critique la manipulation de la monnaie et les difficultés d’accès aux marchés chinois. Il veut imposer des droits de douane prohibitifs. Mais il faut replacer les propos dans le contexte des campagnes électorales américaines. La Chine de son côté est inquiète par la perspective d’un retour au protectionnisme généralisé par Trump, tant elle est encore fondée sur un modèle extraverti.

Un auteur : Juliette Bourdin, Entre porte ouverte et porte fermée 

Les relations Etats-Unis et Chine sont ambivalentes et oscillent entre coopération et hostilité, amitié et inimitié. Si on assiste à une normalisation des relations sino-américaines dans les années 1970, les évènements de la place Tiananmen en 1989 entrainent une véritable rupture entre les deux pays.  La disparition de l’ennemi soviétique fait que les relations ne sont plus une priorité après la guerre froide. Mais économique l’interdépendance économique fait que le président Clinton s’éloigne d’une politique étrangère fondée sur le containment pour une politique d’en largement et d’engagement.Les rapports restent ambivalents sur la question de Taïwan. Les craintes américaines sont davantage suscitées par le potentiel chinois que par une réelle supériorité économique et militaire de la Chine.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *