• L’Amérique latine possède une variété de ressources qui expliquent son émergence. Elle dispose de 25 % des réserves de pétrole (Venezuela, Brésil), est riche en gaz (Colombie, Venezuela, Argentine) à tel point que l’expression dit « Dieu est brésilien ». Le Brésil est la ferme du monde (café mais surtout soja). Le Chili et l’Argentine ont du lithium, mais également l’or.
  • C’est un levier pour s’intégrer dans l’économie mondiale. L’émergence de pays comme la Chine ou l’Inde accroît fortement la demande. La Chine investit dans les pays du sud. L’essor est facilité par les organisations internationales. Le Venezuela est membre de l’OPEP, les grands pays latino-américains sont membres du G20, ou du G77. 
  • L’exploitation des matières premières pose néanmoins des problèmes. D’un point de vue environnemental, le continent subit une déforestation. Le barrage de Belo Monte illustre les contradictions d’un Brésil dynamique assoiffé d’énergies nouvelles poussé par un gouvernement qui veut désenclaver ces régions, les contraintes du développement durable (déplacement d’Indiens, écosystèmes fragiles). Le syndrome hollandais également : la contrepartie de cette abondance est une faible industrialisation la dépendance aux importations (Chinamérique).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *