• Après la guerre, désir d’éviter de nouvelles dépendances et assouplissement du régime communiste. Le pays devient communiste après la victoire de 1975, mais pas d’imposition durable d’une économie planifiée. Le tarissement de l’assistance chinoise et soviétique amène le pays a engager une logique d’économie libérale.
  • Le doi moi, un renouement avec l’économie de marché en profitant des avantages comparatifs du pays. Lancée en 1986, c’est un succès : la politique réinsère le Vietnam dans les circuits de commerce international, libéralise les marchés fonciers et facilite les IDES. Le Vietnam monte progressivement en gamme sur le plan technologique. Le pays possède des ressources significatives en matières premières : hydrocarbures, café, riz, tabac. 
  • Des fragilités persistantes. Économiquement, l’inflation est élevée, les entreprises publiques ont accumulé des créances douteuses, le secteur bancaire doit être restructuré. Socialement, les écarts entre les riches et les pauvres se sont accrus, l’éducation se privatise. L’ouverture économique du pays ne s’est pas accompagnée d’une ouverture politique. L’expansionnisme chinois en mer de Chine Méridionale a suscité un rapprochement avec les É-U et l’ASEAN.
Catégories : AsieTransversal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *