• Jusque-là 3 modèles ont été appliqués. L’échange inégal : vente de matières premières agricoles pour favoriser l’acquisition de produits manufacturés. Les Stratégies d’Industrialisation par substitution d’Importations (ISI). Idées des années 1930-1940. L’objectif est d’encourager la production domestique. L’exemple des lois du similaire national au Brésil pour dissuader les entreprises d’acheter à l’étranger. La stratégie de développement autocentré. Vise une industrialisation accélérée pour sortir de la dépendance.
  • Toutefois les résultats sont décevants. Le poids de l’état a empêché le passage à une croissance plus intensive. Mais ces dysfonctionnements sont éludés pour des raisons idéologiques. Les États préférant faire croire que les difficultés venaient du pillage des richesses par les Gringos. 
  • À la fin des années 1990, les pays d’Amérique latine croulent sous la dette, et malgré l’aide des IFI, ils ne renouent pas avec la croissance. Le consensus de Washington leur est donc proposé avec un triptyque : privatisation, déréglementation et désengagement de l’état. 
  • L’austérité n’est pas sans dégâts. Les pays d’Amérique latine ont été avant-gardistes dans les réformes prônées par les IFI mais la libéralisation a contribué à brader des actifs à une élite privilégiée, prise d’intérêt. Ainsi les années 1990 sont la décennie perdue (CEPALC). Pis, le fondamentalisme de marché (Stiglitz) a accru les disparités entre les pays et les inégalités sociales. D’où les consensus de Buenos Aires VS consensus de Washington. 
Catégories : Amérique du Sud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *