Les années 2015 et 2016 annoncent la fin du miracle économique chinois (dévaluation du yuan, le piétinement des réformes) après les 30 prodigieuses(N.Bavarez).  Pour autant, l’économie de la 2eéconomie mondiale est loin d’être en récession. (Croissance entre 3 % et 6 %). En matière de politique étrangère, retour des tensions en mer de Chine. Et victoire diplomatique avec la BAII.

Rêve chinois : pendant du rêve américain. Volonté du Parti Communiste Chinois (PCC) de s’appuyer sur les traditions populaires, les vertes confucéennes pour renforcer le sentiment patriotique. The Economist : mélange de réformes économiques et de nationalisme véhément. Selon, Lanxin Xiang, ce « rêve » poursuit 3 objectifs : Restaurer la gloire passée de la Chine et de l’état. Rappeler le désir d’une chine moderne, riche et puissante. Rendre les Chinois fiers et heureux afin de maintenir la stabilité sociale.

  • Ralentissement de l’activité économique et des réformes. Depuis la fin de 2014, l’activité économique de la Chine a freiné et la production a ralenti. Pis, l’éclatement de la bulle boursière en juin 2015a accentué les frustrations la classe moyenne. Volonté de passé d’un modèle extraverti à un modèle fondé sur la consommation intérieure : politique de quantitative leasing  le gouvernement essaye de faire entrer au capital des investisseurs privés, mais là encore le bilan est mitigé. Lors du 6eplénum comité central du PCC (2015), l’abandon de la politique de l’enfant unique est décidée ainsi qu’un plan quinquennal avec l’objectif d’une croissance forte.
  • Poursuite de la lutte contre la corruption. Toutefois si la lutte contre la corruption a pris une certaine ampleur, elle prend également une tournure politique et disciplinaire : 250 officiers ont été limogés ; Pékin tente également de rapatrier les capitaux disséminés à l’étranger (« Opération Chasse au Renard »), mais se heurte à la réticence des États-Unis.
  • Aggravation de la répression et resserrement des contrôles idéologiques. Concentration des pouvoirs entre les mains de Xi-Jinping. Par conséquent, la répression des dissidents s’est aggravée. Les contrôles idéologiques sont resserrés dans les universités et les médias. Xi Jining (2015) exhorte les artistes de se mettre au service du régime. Des tensions ethniques existent au Xinjiang avec les Ouïghours indépendantistes. Il s’agit d’une province majoritairement musulmane. que le Parti tente d’hanniser. Attentats en réaction.
  • Politique étrangère révisionniste. La RPC cherche à affirmer de puissance (le budget de l’armée augmente plus vite que la croissance) dans sa sphère régionale et à contester les institutions de l’ordre international en mettant en place la BAII.
  • Succès et initiatives. Mises-en place la BAII (Pékin) pour concurrence les IFI occidentales, permettre de financer les grands projets. Ralliement de nombreux états européens (Royaume-Uni, France, Allemagne), et ce contre l’avis des États-Unis. Volonté d’être une puissance eurasiatique à travers le développement des nouvelles routes de la soie (OBOR, 2013). Le gouvernement étend les partenariats avec d’autres pays comme le Pakistan. Le but est de renforcer la connectivité entre les deux pays ce qui passe par la construction d’oléoducs, de voie ferrée, la modernisation de ports. En juillet 2015, au sommet de l’OCS sont ajoutés de nouveaux membres comme l’Inde et le Pakistan. Cette décision s’inscrit dans le projet de sécurisation des routes de la soie. 
  • Véritable vampire du milieu (Eric Izraelewicz). Land grabbing, Consensus de Pékin, Néo-colonialisme, ChinafriqueChinamérique.
  • Montée des tensions. La rivalité entre la Chine et l’Inde au sujet de l’océan Indien ne s’est pas atténuée. Oppose à l’ambition chinoise. En 2015 les tensions en mer de Chine se sont renforcées, à cause de la stratégie chinoise de poldérisation qui considère que 90 % de la mer lui appartient. Les États-Unis défendent face à cela la liberté de circulation pour la VIIe flotte à proximité de ces îles. Les tensions ont donc de plus en plus vives avec un risque de confrontation directe. D’autant plus que Pékin refuse l’arbitrage sur les différends territoriaux. La Chine a été désavouée en 2016 par la cour internationale de La Haye au profit des Philippines. La population le vit cependant comme une humiliation. Grands succès avec l’Europe et le RU. Accommodements permanents. L’Angleterre est une place financière privilégiée pour Pékin. 
  • Reprise en main de Hong-kong. Reprise en main après le mouvement de parapluies de l’automne 2014. Les pandémocrates qui soutaient de la démocratisation de l’île. (Parti civique et Parti démocrate). Accru son emprise territoriale à travers l’APL
  • Retour des indépendantistes à Taïwan. Tsai Wing men est opposé à toute réunification avec la Chine. Cela maintiendrait le statu quo.

 

Catégories : Asie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *